Mines et Salines de Lorraine

Comment les mines de sel se sont-elles formées ?

Le sel peut s'obtenir par évaporation à l'air libre de l'eau de mer,c'est l'une des plus belles utilisations de l'énergie solaire. Certaines mers (Caspienne, Mer Morte, Grand Lac Salé) ont de fortes salinités, car l'évaporation l'emporte sur l'apport par les rivières et fleuves des sels minéraux lessivés des sols par les pluies. À l'extrême, lorsqu'une mer a disparu, il ne reste plus à sa place qu'une évaporite. Lors des temps géologiques, petit à petit, les couches de sel d'évaporites marines (premier stade) furent écrasées par des sédiments plus denses (second stade). On peut assister ensuite au cours des temps géologiques à une remontée du sel par les fissures de l'écorce terrestre, le sel devenant plastique sous certaines pressions. Ce mouvement d'un minéral, un solide dur et rigide pourtant, est un écoulement lent du sel. Il s'effectue, à l'échelle microscopique, par glissement des plans contenant les atomes, le long des lignes de dislocation du cristal et on obtient les diapirs, qui sont très recherchés par les pétroliers parce qu'ils peuvent déterminer des réservoirs d'hydrocarbures.

Coupe des terrains du Keuper


Il était une fois, il y a plus de 220 millions d'années… Vers le milieu du Trias, la mer germanique submerge une grande partie de l'Est de la France. La tranche d'eau n'excède pas quelques dizaines de mètres. Le Trias est le grand âge du sel. Un climat chaud provoque une intense évaporation des nappes d'eau. Au fil des années, celles-ci se rétrécissent, se confinent puis s'assèchent. Au cours de ce processus, les eaux s'appauvrissent en oxygène et la salinité augmente. Le sel gemme se dépose en couches épaisses. Une alternance de périodes humides et de périodes chaudes et sèches provoque de nombreux et importants dépôts de sels. A la fin, vers -190 millions d'années, le climat redevient sec. La mer germanique s'évapore de nouveau et dépose ainsi de nouvelles couches de sel


C'est à son emplacement que se trouvent les gîtes salifères qui sont exploités en Lorraine. A l'époque suivante le Trias supérieur, les relations avec la haute mer sont définitivement rompues. La mer germanique se résout alors en une suite de vastes lagunes. Dans leurs eaux calmes se décantent des particules argileuses apportées de lointains rivages. Enrichies en calcaire, les argiles donneront des roches friables aux couleurs vives, vertes, rouges ou violettes : les marnes irisées. Ces couches d'argiles et de calcaire se superposent à la couche de sel gemme ce qui va constituer un piège définitif. On est alors à la fin de la période du Jurassique. La troisième période de l'ère secondaire, le Crétacé, n'a laissé aucun dépôt

                                                                             Claire KÖNIG

Qu’il soit gros ou fin…Le sel est de toutes les recettes et fait partie des assaisonnements les plus courants. Pourtant à ses débuts, c’est pour ses vertus de conservations que les hommes l’utilisèrent puis comme récompense et impôt

 Source de vie, il est aussi tout l'intérêt de celle-ci, d'où l'expression le sel de la vie. De tout temps les hommes l'ont extrait, des mines, ou des marais salants. Pour tous les peuples le sel était sacré. Chacun avait sa façon de l'utiliser. Sous forme de monnaie, pour conserver les aliments mais aussi au cours de rituels religieux et culturels. En Europe, il était de coutume de glisser quelques grains de sel dans la poche des jeunes mariés pour leur assurer bonheur et prospérité.

Cette substance cristallisée existe sous trois formes. Le sel gemme, qui provient de gisements aériens ou souterrains, celui-ci sert le plus souvent à déneiger les routes. Le sel igné, obtenu en chauffant des sources d’eau salée et le sel marin que l'on obtient par évaporation dans les marais salants, celui avec lequel nous cuisinons et que nous aimons tant.

 
               Documentation : CSMSE