Au fil du temps

Les Anciennes Salines Nationales de SALINS

Station thermale depuis 1935 et touristique , située en terre franc-comtoise, Salins-les-Bains petite ville du Jura de 4000 habitants s'étire dans une étroite vallée ou coule la rivière "  la Furieuse " qui se jette dans la Loue à Rennes-sur-Loue.
 Deux forts , le Saint André 604 m , édifié par Vauban et le Belin 580 m , veillent sur elle de chaque côté de la vallée tandis que le Mont Poupet haut de 853 m offre une magnifique vue plongeante sur Salins-les-Bains .



Vue de Salins-les-Bains , sa cluse et ses forts , depuis le Mont Poupet

Riche d'un passé salinier de plus de deux mille ans , les sources salées , découvertes par des tribus gauloises celtiques furent exploitées pendant la domination romaine en 52 av JC aprés la défaite de Vercingétorix à la bataille d'Alésia.
Dans les années 400 , l'implantation d'une abbaye entraine la modernisation des techniques de production du sel.
Au cours de leur histoire les salines souvent détruites par les invasions barbares seront à chaque fois reconstruites , au Moyen Âge, elles employaient  huit cents saulniers, voituriers, bûcherons, tonneliers et maréchaux ferrants.
En 1678 suite au rattachement de la Franche-Comté à la France , Elles deviennent française et soumises aux lois des fermes et gabelles jusqu'en 1792.
En 1806, un décret impérial va bailler pour 99 ans, les Salines à une société sous contrôle de l'état, dénommée Compagnie des Salines de l'Est.
Une loi de 1840 sous Louis Philippe rend la libre exploitation aux salines qui sont alors mises en vente à partir de 1842 pour le compte de l'Espagne.

Depuis 1858 , la valeur hautement thérapeutique des sources est reconnue et un premier établissement thermal est mis en place , qui vaudra à SALINS d'allonger son nom en SALINS-LES-BAINS par décret du 29/12/1926.

En 1862 , elles sont rattachées à la Société Salinière de l'Est , qui sera elle même absorbée par la Compagnie des Salins du Midi en 1969.


  Porche d'entrée de l'Ancienne Saline Nationale.

  
En 1962 les salines s'arrêtent de fonctionner en tant que producteurs de sel , elles demeurent cependant pourvoyeuses d'eau salée  pour  les thermes municipaux datant de 1935.
En 1966 sous l'impulsion de son Maire, la ville de Salins-les-Bains rachète les Salines.



L'ancienne saline transformée en musée du sel



Fonctionnement de la Saline ignigène

Depuis 1831 , la saumure est extraite par sondage , seul persiste un forage au Puits d'Amont qui a un débit de 1,4 m3/ heure depuis 1847.


"La Furieuse" , entraine la roue à augets au Puits d'Amont
qui retransmet , le mécanisme de pompage de la saumure. 


Cette saumure  acheminée par rigoles en terre puis remontée par une pompe à piston dans des cuves en sapin appelées " Lons " s'écoule par une " échenée " (canalisation en bois) dans des poêles en fer  placées sur de grand bassins en briques réfractaires appelés bernes .
Les chaudières chauffent les poêles par la vapeur dégagée dans les bernes , la saumure ainsi évaporée forme les cristaux de sel .

Aujourd'hui , seule la saumure est utilisée par la ville pour la viabilité hivernale.


Une ancienne poêle à sel

 Horaires des visites

En juin 2009 les salines sont inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco.



Collection "Le Salinier"