Au fil du temps

Sortie AAS du 11 octobre 2016

Les Anciens des Salins dans les
Hautes-Vosges


Pour leur sortie d’automne, les membres de l’amicale se sont retrouvés pour une journée vivifiante dans les Hautes-Vosges avec au programme la découverte des fabrications artisanales de la confiserie bressaude et de l’entreprise textile Bleuforêt.
La boulangerie-pâtisserie qui date de 1936 s’est transformée au fil des ans en un temple de la confiserie dans de grands bâtiments modernes où l’on y fabrique des chocolats, des confitures, des pains d’épices, des gommes et surtout, les traditionnels bonbons des Vosges au parfum de sapin, qui se déclinent désormais en une trentaine d’arômes (bergamote, mirabelle, violette, myrtille, eucalyptus, miel…).



Dans l’atelier, sur une estrade offrant une vue panoramique sur les différentes opérations, les visiteurs ont assisté en direct à la mise en œuvre au cœur des effluves sucrés, de la fabrication qui reste inchangée depuis plus d’un siècle : la cuisson dans de grands chaudrons en cuivre,  l’aromatisation de la pâte obtenue, le passage aux moules cylindres pour obtenir les jolies formes des bonbons. Après dégustation, passage à la boutique pour les nombreux achats gourmands.
A midi le groupe, était attendu à l’auberge de la Chaume du Grand Ventron où un repas marcaire a assouvi les estomacs avec la salade vosgienne, le fumé braisé, les toffailles, munster et tarte aux brimbelles.



L’après-midi était consacrée à la visite  de l’usine « Tricotage des Vosges Bleuforêt » fondée en 1995, la société spécialisée dans les chaussettes, les collants et les leggings est installée à Vagney, après avoir racheté Olympia il y a quelques années, elle défend avec infiniment de conviction et d’ardeur la fabrication française haut de gamme. Sans oublier d’innover et de s’inscrire dans une démarche futuriste.
Chaque année, 5 millions de paires de chaussettes et collants sortent ainsi de l’usine vosgienne, à destination des grands magasins, des boutiques spécialisées, des enseignes de la grande distribution dans la France entière, mais aussi dans 15 pays d'Europe, et au Canada, aux Etats-Unis, en Chine et au Japon.



Avec ses 180 salariés et ses 245 métiers à tricoter automatisés, il faut cinq minutes pour réaliser une chaussette et guère plus de temps pour un collant.
La visite s’achève dans le hall d’expédition d’où chaque après-midi partent plusieurs milliers de paires de chaussettes. La boutique attenante à l’usine accueillait ensuite le groupe pour découvrir et adopter les collections 2016.
Une journée enrichissante qui montre que le made in France a toujours la cote.



Les photos de la journée
AAS/db/H-Vosg2016