Nouvelles hivernales 2017

Du gisement salifère à la saumure

LE SONDAGE

Il débute par un puits vertical  foré jusqu'au coeur du gisement de sel gemme à une profondeur moyenne  d'environ 280 mètres .

le forage étant terminé , le puits est ensuite chemisé par une colonne de tubes  qui est maintenue en place par cimentation .

L'épaisseur du gisement de sel , d'environ 70 mètres , est contrôlé par un carottage qui en détermine la cote exacte. 


Forage d'un puits de sondage


Dans chaque sondage distant d'environ 150 mètres  , de l'eau douce est injectée sous haute pression , ce qui provoque un léger décollement des terrains en direction des sondages voisins.

Cette opération appelée hydrofracturation  permet de mettre en communication les sondages par leurs  bases.
La liaison haute pression est progressivement transformée en liaison basse pression par lessivage du sel par l'eau douce . 




Schéma d'un champ de sondages


Cette dissolution se transforme en saumure saturée , matière première pour fabriquer du sel ignigène.
Contenant  300 g/l de Chlorure de Sodium ( l' eau de mer en contient dix fois moins 30 g/l  ) on la soutire par pompage et on l'achemine par saumoducs pour la cristallisation en  saline.

La forme des cavités ainsi crées est bien entendu contrôlée rigoureusement par deux techniques permettant de connaître la hauteur de dissolution et les dimensions de la cavité.
------------------------



  
Cette technique de mesure par sonde à rayons gamma permet d'identifier la nature du sous-sol à travers le tubage d'un forage. 

En effet la radioactivité naturelle des terrains, alors que la saumure n'en contient pas , mémorise par la diagraphie ,  la position exacte de la hauteur de dissolution liquide-sel dans la cavité.  


Enregistrement par sonde "gamma ray"
--------------------------------


La seconde assure des mesures plus précises de formes et dimensions de la cavité. 
Le principe est d'émettre un son depuis une sonde et de mesurer le temps qu'il met pour se réfléchir sur la paroi et revenir à son point d'émission.

Connaissant la vitesse de propagation d'un son dans la saumure , il est facile de déduire la distance qui sépare la sonde de la paroi. 

Toutes ces données sont traitées par informatique

Ces deux techniques de mesures renseignent  sur la hauteur de sel restant au toit de la cavité permettant , la poursuite ou l'arrêt  d'exploitation , afin de préserver l'environnement.

L' équipe " Sondeurs " , dépendant  du service raffinerie sel fin , s'occupe du fonctionnement de tous ces appareils , du pilotage des stations de pompage et de la maintenance des vannes , têtes de puits et saumoducs. 


Les Sondeurs en 1985 devant un bassin d'injection


Cette méthode d'exploitation "extensive" du gisement salifère par la base permet d'obtenir : 
d'une part , une saumure débarassée des insolubles , en particulier des marnes-argile-calcaire qui , par densité se déposent au fond des cavités lors de la dissolution et , 
d'autre part par un contrôle rigoureux des cavités , d'assurer la stabilité des terrains.

Le gisement de sel n'étant que partiellement exploité , cette méthode demande cependant de grandes surfaces de concessions pour sa dissolution . 

Une autre méthode utilisée par les soudières dite" intensive", consiste à soutirer totalement la saumure du gisement ne nécessitant que de petits périmètres d'exploitation mais provoquant l' instabilité en surface.

  Doc :  C.S.M.E  "Du sel gemme à la saumure"